Proud to be Belgian : le diner surréaliste de Charles Kaisin !

Cela fait partie des événements qu’il faut vivre au moins une fois dans sa vie, quand on est mondain et que l’on aime le luxe des soirées atypiques, avec légèreté et malice !
Entre réalité de la gastronomie la plus délicate et monde fantasmagorique du spectacle, le designer et scénographe bruxellois Charles Kaisin a encore frappé très fort pour faire vivre des expériences poétiques et gustatives, au-delà du rêve et de la fantaisie !
Son concept ? Bien loin de la banalité, des dîners surréalistes, inspirés bien entendu du surréalisme belge, que s’arrachent les marques de luxe pour célébrer les nombreuses occasions festives qui émaillent leur quotidien !
Aujourd’hui, on vous immerge dans l’ambiance et on vous fait vivre l’expérience et la magie d’une de ces soirées qui va marquer bien plus que les esprits, mais bien entrer dans la légende !
C’est à Bruxelles, plus exactement au Palais des beaux-arts, rebaptisé Bozar, que cela se passe pour clôturer la formidable campagne Proud to be Belgian, -également sous l’égide du designer Charles Kaisin- qui avait pris ses quartiers pendant tout l’été au Maasmechelen Village, célébrant les couleurs du drapeau belge dans un imprimé, un motif et un décor réalisés sur mesure pour ce village de la Bicester Village Shopping Collection…

Ce soir, les plus nobles des Belges étaient rassemblés pour célébrer la belgitude et les talents d’un peuple qui pêche souvent par excès d’humilité...

Ce diner surréaliste qui est le point d’orgue de cette campagne… Nos invités se composaient d’artistes encore une fois liés à notre ADN, la presse nationale et internationale et les marques avec lesquelles nous collaborons aujourd’hui et celles avec lesquelles nous collaborerons peut-être demain. Et puis, tous nos partenaires qui nous accompagnent…

Parmi les plus prestigieux invités, on aura remarqué la princesse Léa de Belgique, le baron Edouard Vermeulen, créateur de la maison Natan qui habille toutes les têtes couronnées d’Europe ou encore le chapelier Elvis Pompilio… Et bien, entendu, pour jouer le chef d’orchestre de la soirée, Charles Kaisin, très affairé !

A table pour cette soirée estampillée Proud to be Belgian, ils étaient donc cent, et surtout 100% belges pour déguster une cuisine raffinée, mise en scène comme il se doit, dans un cérémonial millimétré rappelant constamment les signes de la Belgitude, comme ces cloches noires, jaunes et rouges au Mannekenpis effronté dévoilant une entrée de truite fumée !

Une soirée surréaliste belge qui a émerveillé ses célèbres convives, dont de belles actrices exilées à Paris, mais présentes à Bruxelles pour parler de leurs prochains projets…

Avec par exemple, les échassiers de l’Ommegang pour la touche très bruxelloise, chaque service du menu apportait son lot de surprises, grâce aux recettes efficaces du chef Pierre Résimont…

Digne représentant du surréalisme belge, mais version littéraire, l’acteur et écrivain Stéphane De Groodt a quitté les plateaux de tournage parisiens pour apporter son petit grain de folie à l’aventure du diner surréaliste, en sortant, comme toujours, du cadre, pour mieux jouer sur les mots…

Et pour cette soirée extraordinaire, on a parfaitement recomposé l’espace hors convention. Entre panthéon des personnalités belges de papier, de Diane von Furstenberg à Benoît Poelvoorde et jeu de thèmes, un diner qui se terminera sur la note chocolatée de rigueur signée par un maître en la matière, Pierre Marcolini, qui a imaginé un Atomium, monument belge des plus savoureux, tout simplement délicieux…

Le tout avec des grands crus de chocolats issus de deux fèves de cacao, dont l’une vient d’Equateur, un 100% Ariba, et l’autre du côté du Cameroun, à Yaoundé, avec un forastero…
Après les plaisirs du palais, le spectacle se terminera en apothéose !
Des paillettes qui explosent pour un effet visuel parfait garanti et une soirée qui aura mis des étoiles plein les yeux et de la Belgitude plein la tête…

Plus de vidéos